Une demande d'entrée en maison de vieillesse, en 1859.

Publié le par GénéaBlog86

http://www.imagerun.info/img026/yxmow1qf1xno8a1d.jpgJ'ai découvert ce type de demande dans une lettre du chef d'escadron TURPIN, en date du 28 septembre 1859, adressée au préfet de la Vienne :

"Je soutiens LAVOISIER palfrenier de la caserne de gendarmerie à Poitiers qui étant usé par l'âge, les douleurs rhumatismales et la fatigue de son pénible métier, se trouve dans la position à ne plus pouvoir gagner sa vie. LAVOISIER vieux militaire et décoré de la médaille de Sainte Hélène, et digne d'intérêt, mérite la faveur d'être admis dans un hospice réservé à la vieillesse où il pourra terminer ses jours."

LAVOISIER Nicolas, né à Pont l'Evêque (60), époux de PELLETIER Marie, décède la 07 novembre 1870, à l'hôpital général à Poitiers, à l'âge de 74 ans.

Publié dans Histoires locales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
<br /> Si l'on tient compte de l'espérance de vie à cette époque 63 ans correspond peut-être à 80 ou plus !<br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> <br /> Il n'était pas rare de constater des décès après soixante-dix ans, même un siècle auparavant !<br /> <br /> <br /> <br />
D
<br /> A l'époque, les "maisons de retraite" n'étaient pas aussi confortables que maintenant . Alors, c'est étonnant qu'il ait demandé à l'âge de 63 ans, à y rentrer ! Mais il n'a, sans doute, pas regetté<br /> d'y être entré, puisqu'il y est resté pendant 11 ans .<br /> Alors que sa santé était assez précaire, comme le dit cette lettre . Tant mieux pour lui !<br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> <br /> C'est vrai que pour un vieux militaire usé par un dur labeur, il a pu profiter tout de même quelques années de pension... <br /> <br /> <br /> <br />
B
<br /> Maintenant on souhaite rester chez soi le plus longtemps possible...<br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> C'est préférable lorsque l'on peut !<br /> <br /> <br />