Un subtile outrage au XVIIIe siècle.

Publié le par GénéaBlog86

Ma dernière recherche dans les fonds de la sénéchaussée, aux archives départementales de la Vienne, m'a permis de faire la découverte étonnante d'un procès verbal de la maréchaussée, dont un terme m'a fait sourire à sa lecture (AD86 - C suppl 128).

Nicolas Gagniard cavalier de la maréchaussée à Poitiers relate dans sa plainte que le 06 septembre 1756, alors qu'il passait devant la maison du nommé Poumaillou garçon cordonnier, il aurait fait remarquer à ce dernier que le contrevent (volet) de la chambre haute n'était pas en état et menaçait de tomber. Poumaillou lui aurait répondu par beaucoup de sottises, notamment que c'était au cavalier de prendre garde et qu'il n'avait qu'à se retirer. Il ajouta à plusieurs reprises que le représentant de l'ordre était « un valet de bourreau », puis renchérit en précisant que lui et « ses confrères étaient des valets de bourreaux ». Ces propos furent tenus sur la voie publique, devant bon nombre de riverains et de passants bien identifiés.

Etienne Thibault confrère de Gagniard confirma que lui même s'était fait apostropher de mots identiques répétés par l'intéressé, indiquant qu'ils étaient « tous des valets de bourreaux ».

Aucun autre document ne précise si des poursuites furent engagés contre le nommé Poumaillou. Néanmoins, il faut se souvenir que les personnels de la maréchaussée conduisaient bien les condamnés aux bourreaux, en place publique, où ils faisaient respecter l'ordre, même si cela restait une mission rare et très secondaire de l'activité générale de cet ancien corps de cavalerie. Je note tout de même que malgré son comportement irrespectueux, ce garçon cordonnier avait de l'esprit, ce qui peut manquer de nos jours à certains individus avinés et peu cultivés, auteurs d'outrages contemporains.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Plumesquale 26/09/2019 13:28

Il serait intéressant de savoir si un proche de Poumaillou n'a pas été dans les mains des bourreaux (mise à mort ou simple peine infamante). Ce que j'aime bien c'est "beaucoup de sottises" !! Que pouvait-il y avoir comme sottise ?

GénéaBlog86 26/09/2019 15:39

Concernant le sort réservé aux familiers de Poumaillou, je n'en sais rien. "Beaucoup de sottises" est le terme employé dans le procès verbal. Je pense qu'avant d'en arriver au "valet de bourreau", il y a vraisemblablement eu quelques noms d'oiseaux.