Identification des personnels de la maréchaussée tués par le marquis de Pleumartin.

Publié le par GénéaBlog86

En janvier 2017, les archives départementales de la Vienne présentent au public un ancien fait divers du XVIIIe siècle, exhumé des archives de la sénéchaussée de Poitiers. Celui-ci m'interpelle. Qui étaient donc ces hommes de la maréchaussée venus arrêter le marquis, et morts en service ? Dans quelle brigade servaient-ils ? Voici leur histoire.

Le 9 mars 1753, le marquis Victor Marie Ysoré, issu d'une respectable et glorieuse famille de France, accueillit en son château de Pleumartin, quatre huissiers de Châtellerault, venus lui notifier un arrêt rendu à son encontre, du fait de ses dettes. En représailles, il fit battre à l'aide de verges et humilier les visiteurs, dont il fit rôtir les dos, devant une cheminée de son château. Lorsqu'il les jugea suffisamment châtiés, il fit visiter les lieux pour leur montrer qu'il n'y avait aucun meuble à saisir. Il leur donna à boire et les relâcha.

En raison des sévices graves occasionnés, la justice fut rapidement saisie. Le 15 avril, André Chastry maître chirurgien demeurant le bourg de la paroisse de Saint-Gervais (Saint-Gervais-les-Trois-Clochers) certifia dans son rapport avoir soigné le sieur Vincent Normand huissier royal, demeurant aux Varannes en la paroisse de Sossay, pour les différentes plaies et brûlures sur différentes parties de son corps : les omoplates et épaules coupées par les brûlures, jusqu'à la partie osseuse, lesquelles ne purent être guéries avec un mois de plus. Il fut attaqué d'une maladie interne lui créant des douleurs continuelles dans le bas ventre, qui lui causa de la fièvre, un grand dégoût, une pesanteur par tout le corps et une insomnie, ce qui l'empêcha d'agir dans ses affaires.

Il surgit un conflit entre les sénéchaussées de Poitiers et de Châtellerault qui voulurent, l'une et l'autre, informer contre le marquis. Pour juger du conflit, le Parlement de Paris ordonna le 18 avril, d'apporter les informations à son greffe.

Le 11 juin, une trentaine de cavaliers de la maréchaussée rassemblée à Châtellerault donna l'assaut au château de Pleumartin, pour tenter de capturer le marquis de Pleumartin, capitaine de cavalerie. A leur arrivée devant la porte du château, le seigneur ordonna à ses hommes de faire feu sans sommation. L'opération se solda par un désastre pour les forces de l'ordre, qui laissèrent trois hommes à terre. Ils ne réussirent pas à mettre la main sur le marquis. En raison de ces nouveaux faits, les deux juridictions de Châtellerault et de Poitiers entamèrent d'autres procédures. Menacé de la peine de mort par le procureur de la sénéchaussée de Poitiers, le marquis prit la fuite pendant un an et demi.

De retour à Pleumartin, le premier janvier 1755, il fut arrêté par la maréchaussée, renforcée par la troupe. Le marquis meurt en prison avant son exécution à midi et demi, le 21 octobre 1757, suivant le registre d'écrou. La tradition dit qu'il fut étranglé dans sa cellule en la prison de la conciergerie à Paris, dans le but d'épargner à sa famille « l'ignominie d'un supplice public ». Il est inhumé par le clergé de Saint-Barthélémy, paroisse de la conciergerie. Son château est détruit à Pleumartin.

Je me suis donc lancé dans la recherche des trois personnels de la maréchaussée morts en service. Les archives de la sénéchaussée font notamment mention de messires Micheau sous-brigadier au Blanc (36) et de la Salle exempt. Ils sont identifiés dans les registres paroissiaux, par la plume de Deny Desborderies curé à Pleumartin que nous retranscrivons. Les mentions entre parenthèses correspondent aux divergences ou ajouts observés dans le second exemplaire des actes paroissiaux, censé être identique :

- Charles Micheaux, indiqué en fait brigadier ou exempt à la maréchaussée de Preuilly (37) : « Ce douze juin mille sept cent cinquante trois a été inhumé dans leglise apres avoir receu tous les sacrements le Sieur charle micheaux brigadier (exempt) de la marechaussée de preuly agé de cinquante ans ou environ (digne dexemple) en presence des sousignés. Devalance, nicolas Bopreaux ».

- René Mathieu Paris de la Salle, exempt à Châtellerault : « Ce treze juin 1753 a esté inhumé dans cette eglise de pleumartin le Sieur rené mathieu paris de la salle epoux de damoiselle elizabeth orillard agé de soixante et trois ans ou environ en presence des sousignés parent du deffunt et autres. Paris de Lasalle veuve, (Renault) de la fouchardiere (fils), Devallance, Chauvin, Bopreaux ». Il est aussi cité la même année, dans les chroniques du prêtre de la Chapelle-Moulière dont la paroisse est distante d'une vingtaine de kilomètres des faits : « Mr le marquis de pleumartin est party de son château le 13 juin de la presente année après avoir tué mr de la Salle exempt de prevoté et trois archers qui étaient envoyés par le Roy pour le prendre ».

- Henry Anginault cavalier de la maréchaussée à Châtauroux (36) : « Ce quatorze juin 1753 a eté inhumé dans le cymetiere de cette eglise le Sieur henry pingault anginault cavallier de la marechaussée de chatoreaux (chatauroux) decedé du onze du present mois a quatre heure du matin en presence des sousignés. Guiet (Guyet), Berri, Poirrier ». Cette mention de l'heure de la mort est très intéressante car elle nous indique un assaut nocturne de la maréchaussée.

La quatrième victime évoquée par le prêtre de la Chapelle-Moulière n'ayant pas laissée de trace dans les archives, nous considérons qu'il a du se méprendre, qu'il n'était pas bien informé ou qu'un personnel serait mort des suites de ses blessures les semaines suivantes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article