Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans les fonds que j'ai consulté aux archives départementales à Poitiers (86), j'ai découvert le courrier n° 37, adressé au préfet, rédigé par monsieur MARTINET A., commissaire commandant le commissariat de Lusignan (86), le 24 février 1859, qui relate un fait divers ainsi que le courage et l'abnégation d'un homme, en voici le contenu :

http://www.imagerun.info/img025/ai4tk35lww3m1f1g.jpg"Permettez-moi de vous exposer que le 22 février, jour de la foire à Lusignan une foule surabondante obstruait les rues de notre ville. Il était deux heures de relevée lorsque par l'incurie d'un nommé MINAUD demeurant à la Mothe (Deux-Sèvres), un boeuf qu'il avait acheté et qu'il faisait conduire au chemin de fer, s'est échappé des mains de son conducteur et a renversé tout ce qui se trouvait sur son passage. Il était devenu furieux par suite des coups de ciseaux qu'il lui donnait pour le faire marcher, tel que cela est constaté par un procès verbal que j'ai adressé au parquet.
Pour arrêtercet animal qui a blessé différentes personnes et notamment un jeune enfant de 6 ans et demi, monsieur RODRIGUE Parfait, maréchal des logis de gendarmerie à Lusignan, père de famille de huit enfants, qui était aux abords des halles s'est élancé sur l'animal dans le but de l'arrêter, sans crainte pour ses jours et ne songeant plus qu'à se dévouer pour sauvegarder le public, il a saisi le boeuf par les cornes, mais cet animal en furie l'a fouré aux pieds. Par bonheur il y avait des sacs de grains qui ont préservé ce digne serviteur de recevoir des blessures, puis secondé par les gendarmes RENOU et HIMBERT de la brigade de Lusignan et SCHEMITE de celle de Vivonne, ils parvinrent avec l'assistance du vétérinaire RAVARD, homme énergique et courageux, à maîtriser l'animal furieux et à le trainer avec des cordes dans un local voisin. J'ai cru devoir, monsieur le préfet, vous signaler la belle et digne conduite de ce chef de brigade et de celle de ses subordonnés.
Daignez agréer monsieur le préfet, l'assurance de mon respectueux dévouement."

Dans un second courrier, aussi du 24 février 1859, adressé à la même autorité administrative, par monsieur FRADIN substitut du procureur impérial, on peut lire :

"...le maréchal des logis RODRIGUE se jeta au devant de lui et tenta de le renverser en le saisissant par les cornes mais il fut aussitôt terrassé lui même par le boeuf qui fonça sur lui. Le maréchal des logis RODRIGUE s'est immédiatement relevé et saisi de nouveau l'animal avec le secour de plusieurs gendarmes... (identités confirmées)... le fils du sieur SUIRE âgé de sept ans a été fortement contusionné..."

J'avais précédemment travaillé sur le cas de RODRIGUE Parfait. Né le le 10/07/1811 à Poitiers (86) de RODRIGUE Fortunat portier de ville en la même commune et de LACOMBE Renée. Après plus de cinq ans de service militaire, il entre dans la Gendarmerie. Il se marie à CHATELAIN Marie Désirée avant 1844. Il est gendarme à cheval en 1848 à Poitiers (86), brigadier commandant la brigade de L'Isle Jourdain (86) (1849, 1851), maréchal des logis commandant la brigade de Lusignan (86) (1856, 1859). Le maréchal des logis RODRIGUE Parfait, de la 7ème légion de gendarmerie, compagnie de la Vienne, est décoré de la médaille militaire décernée par décret en date du 27/12/1861 par le ministère de la guerre, puis de la légion d'honneur (Source fond Léonore des archives de PARIS).

Tag(s) : #Histoires locales

Partager cet article

Repost 0