http://img15.hostingpics.net/pics/20339420fvrier1829.jpgLe 20 février 1829, les frères Pierre et Louis Souchet déclarent à l'officier de l'état-civil à Vivonne, la mort la veille, de leur père Pierre Souchet, laboureur, âgé de 60 ans. 

Contrairement aux actes paroissiaux qui pouvaient expliquer les causes de la mort, l'état-civil ne le fait qu'exceptionnellement et aucune référence à la raison de cette mort n'est mentionnée. Ce défunt natif d'Iteuil, est le demi-frère de mon sosa 307 : Souchet Marie Françoise, épouse de Pascault Jean.

Au cours de mes multiples recherches, j'ai trouvé un "procès-verbal de découverte de cadavre" rédigé par les gendarmes François Bellot et Louis Charles Barbier, de la brigade de Vivonne, dans lequel ils ont établi les causes accidentelles de sa mort :

"Aujourd'hui vingt février, mil huit cent vingt neuf, à trois heures et relevée ; nous soussignés Barbier (Louis) et Bellot (François) gendarmes à cheval à la résidence de Vivonne département de la Vienne, déclarons que d'après l'ordre de nos chefs, nous nous sommes transportés à Chavanier arrondissement de Vivonne, à l'effet de prendre des renseignements sur un accident qui est arrivé le dix-neuf du courant vers dix heures du matin ; là étant, nous avons trouvé le nommé Pierre Souchet fils, la boureur, la femme Dion, et différents habitants du village de Chavanier, qui nous ont déclaré que le jour sus dit, le nommé Pierre Souchet père, âgé de soixante ans, et demeurant à Bissé, même arrondissement, allait labourer et conduisant deux jeunes boeufs, attelés ensembles et que le dit Souchet se trouvant à leur tête, les boeufs avaient eu peur, l'on atteint, renversé et passé sur lui, sa blouse s'étant accrochée à la charrue, il a été trainé environ trente à trente-cinq pas sur les cailloux, la blouse ayant été mise en lambeaux, s'est détachée de la dite charrue et différentes contusions ont été imprimées sur son corps, ont été suffisantes pour lui donner la mort environ six heures après l'accident ; monsieur Amillet, médecin demeurant dite ville de Vivonne ayant été invité par la famille du dit Souchet pour faire l'examen de ses blessures, il nous a fait la même déclaration. De tout ce que dessus, nous avons rédigé le présent procès verbal pour être adressé à qui de droit. Fait et clos à Vivonne, en double expédition les jour mois et au sus dits."

Tag(s) : #Recherches personnelles et méthodologie
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog