Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

François-Emile de MAUVISE, issu d'une ancienne famille chevaleresque du Bourbonnais connue dès le XIIIème siècle, dit le comte de Villars, baptisé à Persac le 17 juillet 1790, et mort au château de Villars le 30 décembre 1880, fut le dernier de sa branche. Il avait fait comme garde d'honneur les dernières campagnes de l'Empire. Il revint à Villars en 1814 et, se consacrant dès lors à l'exploitation de ses propriétés, il ne cessa pas, pendant 60 ans, de donner l'exemple d'une vie utile et laborieuse, ennoblie par de fortes convictions religieuses et politiques.

 

A une époque où l'agriculture n'avait point encore réalisé les progrès accomplis plus récemment, il mit en valeur une propriété de 750 hectares, défricha 250 hectares de brandes, substitua la culture du froment à celle du seigle et contribua, par l'usage qu'il en fit, à répandre autour de lui l'emploi des instruments perfectionnés et des meilleures méthodes de culture. Aussi lorsqu'il mourut, à l'âge de 91 ans, fut-il vivement regretté par une population chez laquelle son souvenir est demeuré profondément gravé.

 

Durant cette longue existence, les épreuves domestiques ne lui avaient pas été épargnées. Veuf de Mademoiselle des JAMONIERES, dont il n'avait eu qu'une fille mariée le 08/01/1850 à PERSAC au vicomte DECAZES. M. de Villars avait épousé en secondes noces Mademoiselle d'ESTREES qui lui avait donné un fils et deux filles. Mais l'une de celles-ci périt malheureusement dans la Vienne.

 

Le 24/06/1851, Antoinette Marie de MAUVISE de VILLARS, âgée de 21 ans, chute près de son domicile, dans la rivière de la Vienne, dans des circonstances qui nous restent inconnues. Son beau-frère, le vicomte Charles Elie Joseph Marie DECAZES, natif d'ALBY (74), sous-préfet de MONTMORILLON, père d'un nourrisson, se jette à l'eau pour lui porter secours. Le courant est trop fort et les deux jeunes gens se noient. Leurs corps sont rapidement retrouvés et les décès sont déclarés à la mairie de PERSAC. Le vicomte DECAZES ne connaîtra pas son second fils, son épouse étant enceinte, au moment de ce drame.

 

Par la suite, c'est le fils Gustave Émile de MAUVISE de VILLARS qui devait perpétuer le patronyme qui était prématurément enlevé à son père le 03/12/1860, alors qu'il était âgé de 27 ans. Par suite d'arrangements de famille, le château de Villars passa au vicomte Raymond Decazes, l'un des deux petit-fils du comte de Villars.

 

Sources : registres paroissiaux et d'état-civil du département de la Vienne et « Mémoires de la société des antiquaires de l'ouest, tome X, année 1887 ».

 

Armoiries : d'argent, à la croix ancrée de sable, accompagnée en chef de deux croissants de gueules.

Tag(s) : #Histoires locales

Partager cet article

Repost 0