Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voici ma version française (très personnelle) de l'article précédent :
"Firmin Léon Joseph RENOUARD

Par la grâce de dieu et la sanctification du siège apostolique, évêque de LIMOGES.

Vu une lettre présentée à nous attestant d'une consanguinité connue au deuxième degré de leur ascendance, s'opposant à l'union du Christ entre Lucien et Eugénie VAREILLAUD du diocèse de cette ville juridiction de LIMOGES a demandé et obtenu de ROME une dispense en date du 07 février 1914 que nous présentons et montrons comme de juste avec crainte. Mandaté nous exposons par une lecture à haute voix, dans un attentif étonnement, en réponse à leurs prières, entières et véritables de lumière, de la nature faite par l'obstacle, que l'action apostolique est accordée, moyennant bonne fortune, la demande ci-dessus citée a provoqué la joie des intéressés. En qualité de religieux et place de pontife délégué, j'ai lu avec Lucien et Eugénie VAREILLAUD, maintenant par toute sentence censurée et selon la règle de l'église ayant pour effet la présente faveur, pourvu qu'en raison, au Saint regret absolu, pourtant maintenant par ma personne d'écrivain cité en entête, rappelle précédemment une consanguinité au second degré vu au-dessus le (date) précédent désignant l'empêchement, comme pourtant en premier et selon les écrits saints de l'ordonnance apostolique qu'à l'opposé relatif que l'obstacle au mariage officiel, observons ensemble le décret non profane, jouons dans la forme de l'église solennelle et en raison d'aucun empêchement et légitime mesure finale d'arrêt, en conséquence l'union se trouve légale.

Présents les limousins, sous signé notre vicaire général serviteur non retiré scribe épiscopal de notre circonscription, année 1914 16ème jour de février."

Tag(s) : #Recherches personnelles et méthodologie

Partager cet article

Repost 0