Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

« Mendiant » ne signifie en aucun cas retraité et n'est pas non plus synonyme de vagabond.
Autrefois, il n'y avait ni Sécurité Sociale, ni caisse de retraite ; nos ancêtres travaillaient très au-delà de 60 ans ; quand ils le pouvaient.
Par exemple, une veuve, tout en conservant son domicile, et bien qu'ayant des enfants, mais très pauvres, pouvait être amenée à mendier pour pouvoir survivre.

Une maladie, une mauvaise récolte pouvaient très rapidement faire basculer la vie d'un ancêtre proche de la misère, et le transformer en mendiant.

Plus qu'une profession à proprement parler, il s'agissait d'une activité, reconnue, qui permettait à la personne de vivre ; souvent parce que sa condition ou sa santé ne lui permettait plus de travailler, et qu'elle se trouvait seule.

On trouve même parfois des testaments passés par des mendiants, voire quelques contrats de mariage entre mendiants.

Il faut se remettre dans le contexte d'une époque où l'économie se vivait en autarcie et où « un sou était un sou ».


Jean Bernard LAURENT
Généalogiste professionnel à Saint Bel (69)
Pour la CSGHF

"Certains pensent à tord que le mendiant n'avait donc pas de descendance pour subvenir à ses besoins. C'est faux et j'en est découvert un pour preuve dans l'ascendance de mon épouse. Il avait eu au moins deux enfants (connus dans mes recherches)."

Tag(s) : #Histoires locales