Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"L'an mil huit cent sept et le sept du mois de mars, à neuf heures du matin par devant nous Portier François, maire d'Availles, faisant les fonctions d'officier public de l'état civil à la dite commune arrondissement de Civray, est comparu Gourdaux François sergetier, agé de trente ans demeurant au chef lieu de cette commune, lequel nous a présenté un enfant du sexe masculin, né de ce jour à six heures du matin de lui déclarant et de Maupin Jeanne son épouse et auquel enfant il a déclaré vouloir lui donner le prénom de François.

La dite déclaration et présentation faite en présence de Chêne Joseph tisseran, agé de quarante cinq ans, de Magdelat Jean, cabaretier agé de cinquante ans, domiciliés en cette commune et ont les témoins déclarés ne savoir signer après leur avoir donné lecture du présent acte. (Signé Portier)"

En marge du présent acte on peut lire : "Par jugement du 16 mars 1839, le prénom masculin de François a été remplacé par celui de Marie-Anne."


Je pense qu'un jugement a été rendu afin que la jeune femme puisse se marier, car faute d'inscription à l'état civil, cela lui était donc impossible ! On peut remarquer dans l'acte que l'officier de l'état civil ne fait pas mention de son constat de reconnaissance du sexe de l'enfant. Il est possible que le père qui souhaitait avoir un enfant masculin est mal pris la chose, à la naissance d'une nouvelle fille...

Ce qui me fait dire que le père pouvait être désabusé par cette naissance, c'est que le prénom de l'enfant François est le même que celui du père et que bien souvent l'aîné masculin était baptisé du même prénom que son père.

Tag(s) : #Recherches personnelles et méthodologie

Partager cet article

Repost 0