Il n'est pas toujours simple de retrouver les filiations d'individus nés avant la Révolution, en fonction des communes. Il faut alors "dépouiller" acte par acte l'indice qui fera la différence : profession, adresse, âge, filiation partielle, cousinage, signatures... Si l'ensemble des indices concordent, l'individu est donc clairement identifié. Avant 1700, le petit peuple était constitué essentiellement de gens de la terre. Il ne signait que très rarement les actes ecclésiastiques. Les quelques signatures sont donc à suivre avec intérêt, surtout quand elles ont été rédigées par les individus de son arbre. Cela m'a permi d'éclairé les sombres racines de mon arbre.

L'étude des branches des cousins peut être aussi très utile, car il n'est pas rare d'y retrouver un familier, avec des renseignements utiles. (voir les BMS du 17ème siècle à CHATEAU GARNIER, où les parrains et marraines ont parfois une partie de leur filiation dans l'acte de baptême de leurs filleuls).


<--- Signature de GOURDAULT Michel fils de feu Pierre meunier (1648 à CHATEAU GARNIER).

Tag(s) : #Recherches personnelles et méthodologie
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog