Découverte d'un prix scolaire en 1875.

Publié le par GénéaBlog86

Amoureux des vieux livres, je découvre récemment un vieil ouvrage dans une chinetterie. Il s'intitule « Pensées du Comte J. de Maistre, tome 1 ». C'est un livre de petit format du milieu du XVIIIe siècle, bien conservé, d'un peu plus de 400 pages, édité probablement en 1842 à Toulouse, par le Collège des Jésuites de Poitiers. Je fais une très bonne affaire en réglant mon achat avec une simple pièce de monnaie. Je n'aborderai pas le contenu des pensées religieuses et philosophiques de Joseph de Maistre, mais plutôt sur ce qui est indiqué dans le contre-plat avant, appelé aussi 2e de couverture de l'ouvrage. En effet, j'y découvre une fiche collée comportant des inscriptions en latin qui indiquent que ce livre a été remis pour un premier prix de dessin (praemium graphidis) à Jean d'Harambure en classe de rhétorique, le 02/08/1875 par le recteur G. Argand.

 

 

Qui étaient donc ces deux hommes ?

Le nom de Gustave Argand (1828-1892) de la Compagnie de Jésus, recteur du collège des jésuites de la rue de Vaugirard à Paris, puis de celui de Poitiers (86) (collège Henri IV) est toujours gravé dans la pierre du calvaire qu'il avait consacré le 03/09/1864. Ce monument avait été voulu par la comtesse de Beauchamp. Celui-ci brisé par le temps et les éléments, restauré à plusieurs reprises est visible sur le domaine de Paradis à Saint-Julien-l'Ars (86), au carrefour de la RD 951 et de la route de Tercé (article Internet de la Nouvelle République, du 23/04/2013, mis à jour le 02/06/2017 – cliché Anthony Gourdeau du 15/06/2019).

 

Jean d'Harambure est en fait Jean Marie Auguste de la Poëze d'Harambure, né le 21/09/1858 à Buxières-d'Aillac (36), fils de Gabriel François Marie de la Poëze d'Harambure et de Marie Augustine Théodora Ruyneau de Saint-Georges. Il arbore le patronyme d'Harambure qui lui vient de sa grand-mère paternelle. Il est élève au collège des jésuites à Poitiers et bientôt âgé de 17 ans, lorsqu'il reçoit son prix de dessin. Il est issu de la « promotion des zoulous » de l'école de Saint-Cyr (1878-1880) dont il sort 63e.

Il épouse le 05/09/1889 à Boran-sur-Oise (60) Eugénie Charlotte Marie Lefebure de Sancy de Parabère, avec laquelle ils ont pour descendance Gaston Ludovic Raoul (1890-1952). Son épouse décédée le 10/02/1907 à Poitiers, il se marie en secondes noces le 18/01/1909 à Dijon (21) à Marie Madeleine Caroline le Gouz de Saint-Seine (1875-1951). Ils ont ensemble au moins deux fils : Hubert et François Bernard, comtes d'Harambure.

Il est capitaine de réserve au 16e régiment de chasseurs commandant les bataillons de la 81e division d'infanterie, lorsqu'il est nommé chevalier de la Légion d'honneur par arrêté du Ministre de la Guerre en date du 05/01/1918, pour prendre rang du 29/12/1917. Il est aussi décoré de la croix de guerre. Il signe "Marquis d'Harambure" en 1922. Il est dit chef d'escadron en retraite en 1930. Il meurt à l'âge de 86 ans, le 17/09/1945 à Yzeures-sur-Creuse (37), probablement à la résidence familiale du manoir de Granges (cliché « les Allées d'Harambure »).

La généalogie est constamment autour de nous. Elle nous permet de retracer brièvement l'histoire d'individus et d'événements passés. On peut supposer que la lecture du dit ouvrage a pu jouer sur la carrière de cet officier.

Cet article a été publié dans le magazine Hérage n° 147 du 4e trimestre 2019.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Stefieh 13/11/2020 22:27

J'ai aussi parmi mes livres anciens, un prix de certificat d'études, de 1885. Comme c'est un livre de "famille", j'ai fait quelques recherches. Pas d'ascendance connue mais une autre façon d'entrer dans la vie des personnes.

https://ilsetaientunefois.wordpress.com/2019/03/14/qui-est-paul-lejard/

GénéaBlog86 14/11/2020 19:53

C'est une belle recherche aussi. N'hésitez pas à suivre ce lien.